RDC, de l’Est à l’Ouest : la mort à petit feu

– Partie 1 –

Ce 10 décembre 2015 le monde a célébré la Journée internationale des Droits  de l’homme. Au vu de la tragédie que traverse la RDC depuis ces dernières années et de l’agitation que l’on note surtout ces derniers jours au sein de la classe politique congolaise, la problématique des droits inhérents à chaque être humain en RDC, a suscité une profonde interrogation au sein de la rédaction de L’ŒIL DU PATRIOTE : «Dans l’état actuel de déliquescence où se trouve la RDC, qui sont ceux qui  se battent réellement pour préserver ou défendre les droits et les intérêts du peuple congolais?». En effet, en observant ce peuple, on se rend compte que du fond de leurs multiples souffrances les hommes et les femmes de ce pays meurtri ont régulièrement le regard tourné vers différents interlocuteurs, attendant d’eux qu’ils leur apportent des solutions à leurs problèmes.

Le peuple congolais ressemble ainsi depuis des années à un malade qui voit  comment le mal dont il souffre ne cesse de  gagner du terrain , tandis qu’il passe en vain d’un thérapeute à un autre, espérant toujours tomber  sur cette prescription miracle qui mettra un terme à la dégénérescence de son état de santé.

Au nombre de leurs «thérapeutes», les Congolais compte la communauté internationale à travers l’ONU plus particulièrement. D’autres Congolais continuent quant à eux à miser sur le gouvernement fantoche en place, espérant qu’il finira par faire un jour preuve d’humanité et prendre soin d’eux. D’autres Congolais gardent le regard tourné vers ceux qui se proclament «opposants» alors que notre pays est occupé .Enfin, il y a ceux des Congolais qui se sont résolument tournés vers la prière, s’accrochant aux nombreux«hommes de Dieu» ayant pignon sur rue ou pas, et qui prolifèrent à chaque coin des quartiers urbains.

Pendant ce temps, les images atroces qui défilent sous les yeux de tous, sur place en RDC ou à travers les médias et dans les réseaux sociaux, ressemblent de plus en plus à des cartes postales sortis tout droit des entrailles des abîmes de l’enfer sous la terre: viols de masse, massacres à grande échelle, mutilations, inondations, érosions, répression, occupation, pillage, imposture, mensonge, hypocrisie etc…Au bout de vingt ans d’une tragédie sans nom, l’heure est plus que jamais venu pour les Congolais, bien qu’exsangues, de scruter un à un  tous ces «acteurs» qui s’affairent au chevet  de notre état moribond et d’analyser scrupuleusement les solutions que chacun d’eux proposent pour sortir notre pays de la crise.  Il est déjà suffisamment scandaleux de constater que notre peuple continue de subir depuis autant d’années la situation que nous vivons actuellement.  Par conséquent, les congolais devraient se demander, au sujet des hommes politiques de leur pays,comment des personnes qui n’arrivent pas à diagnostiquer le mal dont souffre la RDC, à savoir le processus d’occupation de la RDC par le Rwanda, l’Ouganda avec la complicité des lobbies maffieux, et son corollaire l’imposture de Kanambe alias «Joseph Kabila», comment ces personnes-là peuvent-ils réellement aider les congolais à résoudre le problème dont ils souffrent?

C’est dans cette optique que L’œil du Patriote a choisi de relever, pour chaque catégorie de personnes ou d’organisations citées ci-haut, quelques faits d’actualité en RDC  qui peuvent contribuer à  éclairer nos lecteurs sur le véritable rôle qu’elles jouent dans la crise congolaise.

$1I.           L’ONU et ses contradictions …

Le HCR complice de l’occupation à l’est de la RDC  

 nargue les  2,6 millions de déplacés congolais

1.  Des villages congolais vidés de leurs habitants remplacés par des rwandais se faisant passer pour des réfugiés congolais avec l’aide du HCR :

Au mois de septembre dernier le HCR a publié un étrange communiqué dont voici un extrait :

« Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) demande aux Congolais qui ont trouvé refuge dans d’autres pays de rentrer en RDC pour contribuer au travail de consolidation de la paix. Le chef du bureau de cette agence des Nations unies au Nord-Kivu l’a fait savoir samedi 19 septembre à Goma, en marge de la Journée internationale de la paix célébrée le 21 septembre de chaque année. Selon le HCR, près de 450 000 Congolais se sont réfugiés en dehors de leur pays. Parmi eux, environ 70 000 Congolais vivent au Rwanda et près de 180 000 en Ouganda. » http://www.radiookapi.net/2015/09/20/actualite/societe/le-hcr-demande-aux-refugies-congolais-de-rentrer-dans-leur-pays

Des déplacés congolais  à l’Est de la  RDC

Pourtant, d’après le bureau de la coordination des affaires humanitaires  de l’ONU (OCHA), la RDC compte officiellement environ 2,6 millions de personnes déplacées internes fuyant les violences,  comme en témoigne leur rapport publié en juin 2014 http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Bulletin%20Humanitaire%20Mensuel%20Juin%202014_0.pdf .

N’est-ce pas surprenant que malgré  un tel constat l’organisation des nations unis semble plus se préoccuper de prétendus «Congolais» se trouvant à l’extérieur du pays, au lieu de privilégier ceux qui sont à l’intérieur et vivent loin de leurs propriétés ? Pourquoi l’ONU ne fait pas que ces nombreux déplacés autochtones congolais  ne réintègrent d’abord leurs villages avant de faire revenir ceux de l’extérieur?

Les témoignages en provenance des populations congolaises dans l’est de la RDC sont sans équivoque : beaucoup de ces compatriotes qui fuient les violences et s’agglutinent dans des camps de fortune ou errent dans la nature dans des conditions effroyables sont remplacés par des populations rwandaises dans leurs villages comme en témoigne le rapport de l’ONG « Refugies international » intitulé «RDCONGO : Retour compromis dans les zones instables» publié en avril 2010 qui donne de nombreux détails sur le modus operandi de ce phénomène :

Camp de déplacés congolais  dans l’est de  la RDC

Extrait / (…) Des Rwandais se posent en Congolais qui rentrent chez eux : Lors d’une mission récente au Nord Kivu, Refugees Inter­national a appris que des Rwandais essayaient de se faire passer pour des réfugiés congolais rentrant chez eux,(…) Près de Kiro­lirwe, RI a observé que plusieurs personnes parmi celles qui avaient dit qu’elles étaient congolaises en provenance de camps de réfugiés ont ensuite été questionnées par les dirigeants autoproclamés des personnes rentrant chez elles. Une jeune fille a répondu en kinyarwanda, « Ne t’inquiète pas, ils n’ont rien appris de moi. Je n’ai balancé personne ». Le même dirigeant a montré à RI des listes de personnes rentrées chez elles auxquelles il ajoutait lui-même des noms de camp de réfugiés et des signatures. De nombreuses listes similaires ont fait surface un peu par­tout en Masisi, mais très peu de noms correspondent à ceux des personnes inscrites dans les camps du Rwanda par le HCR. »(…)

En parcourant ce type de rapport truffé d’une multitude de détails sur le calvaire et « l’insécurité ciblée »  qui empêche   tous ces  kivutiens déplacés à rentrer chez eux depuis des années , on comprend tout à fait qu’en réalité s’il y a autant de déplacés c’est bien parce que dans de nombreux villages de l’est de la RDC , les autochtones congolais ne sont plus en sécurité.

Par contre seuls des rwandais répertoriés par le HCR comme des « réfugiés congolais » sont eux suffisamment en sécurité pour aller occuper les terres contrôlées par des milices rwandaises et désertées par nos compatriotes qui croupissent misérablement loin de leurs terres. Mais l’on comprend aussi aisément que cette situation permet aux occupants de la RDC de poursuivre habilement la guerre de basse intensité qu’ils mènent contre notre population en créant ou entretenant les conditions qui favorisent les décès de milliers de congolais chaque jour du fait des conditions sanitaires déplorables propices à toutes sortes de maladies qui ne cessent de décimer autochtones congolais.

2.  Des réfugiés rwandais en provenance de la Tanzanie et en possession des cartes d’électeurs congolais !

Cf Video : https://www.dailymotion.com/video/x166u73_les-refugies-rwandais-de-tanzanie-avec-les-cartes-d-electeur_lifestyle

Cf Article :http://www.katanganews.net/des-rwandais-chasses-de-la-tanzanie-veulent-se-rendre-au-katanga.html

Dans la vidéo et l’article publié ci-dessus on voit des groupes de réfugiés rwandais en provenance de la Tanzanie et tentant de se rendre au Katanga pour s’y installer. Et sur la photo ci-dessus, on peut aisément constater que ces réfugiés rwandais sont détenteurs des cartes électorales de la RDC. Et donc automatiquement, ces cartes leur donne frauduleusement la nationalité congolaise !

$13.  Le HCR au cœur d’une filière d’immigration clandestine ?

Mais les Rwandais qui se font passer pour des réfugiés congolais avec la bénédiction du HCR  n’émigrent pas que vers la RDC pour en favoriser l’occupation. Ils sont nombreux à avoir émigré vers les pays occidentaux (Union européenne, Canada, USA, etc..) avec les passeports congolais !  Ils  y a quelques mois, les patriotes congolais ont dévoilé une autre filière de trafic qui permet depuis des années à de nombreux Rwandais ainsi répertoriés d’émigrer vers les USA notamment. L’œil du Patriote a pu se rendre compte que plusieurs dossiers de véritables autochtones congolais réfugiés dans les pays limitrophes de la RDC sont gelés pendant que de nombreux Rwandais voyagent à la place des congolais avec la complicité de la famille Kanambe au pouvoir à Kinshasa!

xxx

$1II.          La classe politique congolaise instrument du régime d’occupation

Face à l’occupation le gouvernement de Kinshasa

propose …des élections, des concertations et des dialogues à

répétitions avec la complicité des «opposants» congolais !

Au bout de deux malheureux scrutins électoraux en 2006 et en 2011 et pendant que les Congolais s’enfoncent chaque jour un peu plus dans leurs souffrances, toute la classe politique congolaise ainsi que tous les observateurs avertis sont à mesure de reconnaitre que le processus électoral en RDC est loin d’être crédible et satisfaisant. Il ne pourra jamais en être autrement, car le système en place émane d’un régime d’occupation dont les objectifs n’épouseront jamais les intérêts du peuple congolais. Bien plus, tout le monde est conscient que les élections ont été organisées en RDC au mépris même des préalables fixés à Sun City. D’ailleurs des USA, à la France en passant par la Belgique ou le Royaume uni etc …, aucune démocratie au monde, dont pourtant les émissaires se succèdent tous au chevet de l’état moribond de la RDC,  n’accepterait pour son peuple un scrutin électoral tel que recommandé ou organisé en RDC ces dernières années. Alors, nous sommes en droit de nous demander pourquoi seuls les Congolais devraient continuer à se contenter de scrutins au rabais qui ne répondent pas à leurs aspirations, comme s’ils étaient de sous-hommes ?

1.  Les droits des Congolais régressent tandis que l’occupation progresse

Les congolais feraient mieux de se demander pourquoi  on continue alors à leur préconiser un scrutin organisé par le même système dans un pays toujours occupé ? Car comme en atteste clairement le document d’enquête publié par l’APARECO en février 2015 portant sur l’infiltration des institutions rdcongolaises, (http://www.apareco-rdc.com/images/Documents_pdfs_new/Dossier%20Enqute%20sur%20le%20fonctionnement%20du%20rseau%20dinfiltration%20et%20du%20systme%20doccupation%20de%20la%20Rpublique%20Dmocratique%20du%20Congo%20par%20le%20Rwanda%2012%20Fvrier%202015%202.pdf) les preuves de l’occupation de la RDC par le Rwanda sont désormais sans équivoque.

Ceci prouve que la plupart de ceux sur qui comptent les congolais pour les aider à résoudre leur problème poursuivent en réalité d’autres objectifs souvent contraires à leurs intérêts. Ainsi, pendant que les droits des congolais régressent chaque jour et chaque année, avec la suppression de débat au second tour des élections en 2006, la suppression du second tour de scrutin aux élections de 2011, sans oublier la suppression de droits de vote pour la diaspora, l’absence du recensement de la population et de pièce d’identité congolaise ainsi que la restriction de liberté d’expression et de manifestation, etc…, les intérêts des vautours et des occupants progressent !

Force est de constater que le régime en place en RDC fonctionnant sous les ordres du Rwanda, entretient volontairement et particulièrement le flou sur l’identification des Congolais en les privant à dessein d’une véritable pièce d’identité et en se gardant délibérément d’organiser le recensement de la population. Les documents ci-dessous publiés par l’APARECO en 2006 montrent à quel point le système en place en RDC crée sciemment les conditions pour permettre l’infiltration rwandaise en RDC . Et les résultats de l’enquête publiés par l’APARECO prouvent clairement que même si « Kabila » n’était plus à la tête des institutions rdcongolaises, l’occupation de la RDC pourra se poursuivre puisqu’il s’agit plus du système mis en place et non seulement « Kabila » qui est une marionnette téléguidée par Kagame.

Par ailleurs , lors du scrutin électoral de 2006 , l’APARECO avait à l’époque publié une série de documents appartenant à un rwandais dénommé  Pierre Nzitabakuze dont notamment sa pièce d’identité rwandaise (cf documents ci-dessous) ainsi que sa carte d’électeur  rwandais. Mais, le même individu détenait aussi une carte d’ impôts de la RDC et une attestation de perte de pièce congolaise qui lui permettait d’avoir une carte d’électeur en RDC faisant de lui (dans le contexte actuel) un citoyen congolais à part entière!

La classe politique congolaise est au courant de toutes ces supercheries et souhaite pourtant que les Congolais aillent quand-même aux élections alors que les faits sont là qui montrent que la RDC est occupée. Elle  n’est pas en mesure de dire aux Congolais comment elle compte s’y prendre pour que les forces d’occupation au sein de nos institutions, de notre Police, de notre Armée, de nos Services spéciaux et de nos entreprises publics …s’en aillent ou soient neutralisés. La classe politique congolaise qui fait partie du système d’occupation ne dit pas non plus comment elle compte s’y prendre pour régler le problème de tous ces vrais faux refugiés dit « congolais » mais qui sont en réalité des Rwandais en train d’occuper les terres congolaises.

Cette classe politique congolaise se tait également au sujet des bornes frontalières que le Rwanda a déjà déplacées au nez et à la barbe des autorités congolaises. Elle se tait au sujet des contrats léonins qui hypothèquent les intérêts de la RDC etc … Elle remplit à la lettre son rôle de figurant, accompagnant et légitimant les actes du régime d’occupation.

2.  Gouverner c’est prévoir, sauf en RDCongo !

VIDEO/ https://www.youtube.com/watch?v=BiS00s8RJRQ

D’autres faits d’actualité prouvent à souhait combien le gouvernement de Kinshasa est devenu le pire cauchemar des Congolais. Au lieu d’être une solution il est devenu plus que jamais un véritable problème. En effet, depuis quelques semaines, et particulièrement dans la capitale rdcongolaise, la population est confrontée à des problèmes d’inondations et d’érosions sans précédent (cf photos &vidéo :https://www.youtube.com/watch?v=eIN2-WpmpyM&feature=youtu.be .). Les collabos qui ont pris  l’habitude de critiquer le bilan de Mobutu pour camoufler leurs limites ou leurs incompétences sont complètement mis à nu : même le peu (comme ils disent) d’infrastructures laissé par Mobutu, ils n’ont pas réussi à l’entretenir !  Ces tonnes d’eaux  qui ont envahi la ville de Kinshasa et qui donnent l’image des larmes des souffrances des Congolais qui se sont déversées dans la ville, sont la preuve qu’il est plus que temps d’en finir avec le cauchemar quotidien que représente ce régime fantoche pour les Congolais .

Comment peut –on en arriver à ce point ? Même les propres 4×4 de ceux qui dirigent la RDC et qui se croient à l’abri de tout et de tous se sont retrouvés pratiquement noyés dans le lac artificiel qu’est devenu Kinshasa. Un tel degré d’insalubrité, dont les membres du gouvernement se retrouvent eux-mêmes victimes, prouve à quel point ceux qui dirigent la RDC, se comportent comme de véritables cancres et irresponsables. Comment peut-on être à la tête d’un pays aussi riche et le laisser dans un tel état de déliquescence ?

En voyant  toutes ces eaux qui envahissent et engloutissent les coins et recoins de Kinshasa, on se souvient avec effroi des reportages diffusés sur le net il y a quelques mois, et où on a pu voir des  images d’enfants de la rue   vivant dans les égouts et les caniveaux de la capitale (cf photos et video ci-dessous) . On ne peut que se demander avec angoisse ce que sont devenus ces enfants-là  à l’heure actuelle ? https://www.youtube.com/watch?v=BiS00s8RJRQ. Le gouvernement rdcongolais ne s’en préoccupe pas. Ce n’est pas sa tasse de thé !

reseau rwandais01

Dans ce pays sans  Etat, qui se préoccupe du sort de tous ces enfants qui dorment à la belle étoile dans un pays qu’on compte parmi les plus riches de la planète ? Et ces pasteurs qui poussent certains parents à chasser leurs propres enfants en les abandonnant dans la rue, au motif farfelu qu’ils seraient des «enfants sorciers», mesurent-ils seulement la gravité de leurs agissements? Dans ce pays où l’état prive les Congolais de Paix, d’éducation, de soins médicaux, de travail (90% de la population active ne  travaille pas), de dignité et d’humanité,…  pourquoi ces pasteurs ne commencent-ils pas par designer du doigt ce gouvernement qui est la véritable source des malheurs des chrétiens congolais de leurs églises?

      III.       Des « hommes de Dieu » complices des bourreaux du peuple  congolais

               « (…) tu prendras un roi du milieu de tes frères,  tu ne pourras pas te donner un étranger, qui ne soit pas ton frère » deutéronome 17 ;15

Face à des gouvernants aussi amoraux et inconscients qui sont à l’origine même de tels désastres, les Congolais sont simplement désemparés et ne savent plus réellement à quel saint se vouer. Ils ont l’impression que toutes les plaies d’Egypte s’abattent chaque jour sur eux: le taux de chômage records, les violences physiques et morales, la répression sanglante, la malnutrition, l’insalubrité, la pauvreté etc..  Toujours en quête de solutions, nombreux sont ces compatriotes qui se réfugient plus que jamais dans la prière. De l’église catholique aux églises de réveil, les lieux de culte ne désemplissent plus. Les congolais n’en finissent plus de chercher refuge dans la prière…

Mais en ce mois de décembre 2015 , à l’heure où ils essaient de trouver une solution pour se débarrasser une bonne fois pour toutes de l’imposteur rwandais qui préside la RDC, ils ont eu la surprise d’apprendre suite à une opération de charme de 50.000 Euros par personne, que leurs Pasteurs ont décidé que désormais les églises de réveil apportent leur indéfectible soutien au «dialogue» tel qu’initié par le «raïs Joseph Kabila» !  Pour leurs intérêts personnels, Ces révérendissimes pasteurs ont choisi de se mettre au service  d’un imposteur rwandais qui œuvre chaque jour pour la destruction de l’Etat congolais et l’extermination méthodique du peuple congolais. Ils ont préféré mettre aux oubliettes ces préceptes bibliques énoncés dans le Deutéronome 17 : 15 « (..) tu mettras sur toi un roi que choisira l’Eternel, ton Dieu, tu prendras un roi du milieu de tes frères, tu ne pourras pas te donner un étranger, qui ne soit pas ton frère »

xxx

Ainsi, les Congolais peuvent se rendre  compte à travers les nombreux exemples cités ci-dessus, que depuis quelques années, ils sont comme des patients à la recherche du thérapeute qui les guérira du mal dont ils souffrent . Mais malheureusement la plupart de soignants auxquels ils s’adressent ne veulent pas et ne cherchent pas à les guérir, car leur intention est plutôt de les dépouiller.

C’est pourquoi, pour mettre fin à l’occupation, les Congolais n’ont pas d’autres choix que celui de s’assumer eux-mêmes en optant pour le soulèvement populaire. Il appartient désormais à chaque patriote d’assumer sa part de travail en réagissant chacun partout où il se trouve. L’expérience a montré qu’en se remettant systématiquement à d’autres pour résoudre ses problèmes, le peuple congolais a régulièrement été trahi : de la classe politique congolaise (majorité ou opposition) à la communauté internationale en passant par des prétendus « homme de Dieu ». Ces faits devraient inciter les Congolais à ne plus compter sur d’autres que sur eux-mêmes , sous peine de se faire  à nouveau prescrire « la mort à petit feu » et de voir leurs souffrances perdurer pendant encore très longtemps. A bon entendeur …

FIN de la 1ere  partie

Paris le 17 décembre 2015

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

A suivre :

RDC, la mort à petit feu (Partie 2) :

Le cas Moise Katumbi

Commentaires